Ce qu’il faut savoir avant de prendre un intérimaire

Actualités travaux
Ce qu’il faut savoir avant de prendre un intérimaire
La période estivale est propice à l’embauche des intérimaires. Même si, dans le secteur du Bâtiment, les accroissements d’activités sont fréquents avec les chantiers et que l’on fait appel à l’intérim toute l’année, les remplacements des salariés en congés incitent à prendre davantage de personnel intérimaire. Comment procéder pour l’embauche d’un intérimaire ? Quelles sont les étapes et les règles à respecter ? Petit rappel.

La période estivale est propice à l’embauche des intérimaires. Même si, dans le secteur du Bâtiment, les accroissements d’activités sont fréquents avec les chantiers et que l’on fait appel à l’intérim toute l’année, les remplacements des salariés en congés incitent à prendre davantage de personnel intérimaire. Comment procéder pour l’embauche d’un intérimaire ?

Quelles sont les étapes et les règles à respecter ? Petit rappel.

L’intérim en hausse dans la filière BTP

Avec la relance du secteur, les besoins en intérimaires se sont accrus au niveau national. Une hausse des travailleurs intérimaires de 5 % a pu être constatée en avril 2018, tous secteurs confondus.
Le baromètre Prism’emploi indique cependant que si le BTP emploi 13,5 % des intérimaires, c’est un secteur qui reste à la traine par rapport à l’industrie qui emploie 50,2 % des intérimaires ou encore aux services (15,5 % des intérimaires).
Comparativement à 2017, les études montrent que l’embauche des intérimaires à progressé en 2018 sur chaque région de France.
Dans le BTP, beaucoup de projets d’envergure peuvent nécessiter l’emploi d’intérimaires comme le Nouveau Grand Paris ou la construction de nouvelles infrastructures pour les Jeux Olympiques de 2024 par exemple. Si certains postes vont nécessiter l’embauche en CDI ou en CDD, d’autres types de postes, ou des remplacements ponctuels vont s’adresser à des intérimaires, de façon plus spécifique.

Les règles à connaître avant de recourir à l’intérim ?

Les Editions Tissot proposent un schéma récapitulatif des étapes à suivre avant de recourir à
l’intérim.
Pour en savoir plus, voyez le lien :

https://www2.editions-tissot.fr/actualite/droit-du-travail/telechargement/recourir-a-l-interim-
schema-des-differentes-etapes/document

Il s’agit d’une méthodologie permettant d’aider l’entreprise dans la procédure de recrutement de l’intérimaire.

On retiendra que la définition du besoin de l’entreprise doit être clairement établie en premier lieu. Une fois que vous avez choisi l’agence d’intérim, il faut désigner en interne la personne qui va s’occuper de suivre le processus de recrutement (DRH, Chef de chantier, Conducteur de travaux ?). C’est cette personne qui devra anticiper autant que possible sur les besoins en intérimaires, ce qui est assez aisé pour le remplacement de congés d’été, mais moins facile en cas de maladie d’un salarié à remplacer au pied levé.

Les besoins devront être clairement énoncés à l’agence pour faciliter le recrutement de l’intérimaire. Lors de la procédure d’accueil, l’agence devra remettre les équipements de protection et de sécurité à chaque intérimaire et assurer une formation à la sécurité.
La formation à la sécurité est une nécessité lors de l’embauche de salariés et d’intérimaires.
Certaines entreprises proposent des formations en interne avant le démarrage d’un chantier ou passent par des intervenants extérieurs afin de sensibiliser le personnel embauché aux risques encourus.

Obligations de l’employeur, droits de l’intérimaire

Dans cette optique de sécurité, afin d’appuyer les employeurs et de mieux préparer le personnel intérimaire, l’EGF.BTP (le syndicat Entreprises Générales de France), en collaboration avec l’OPPBTP, a créé un référentiel de formation à la prévention sur les chantiers. Tous les salariés formés sont inscrits sur la plateforme mise à leur disposition par l’EGF.BTP. Cette plateforme, consultable par toutes les entreprises, permet de savoir si un intérimaire a réalisé la formation avec succès et à quelle date.
Son Président, Max Roche, souligne à ce propos : « Pour les salariés intérimaires, le taux de fréquence d’accidents du travail est au moins deux fois plus élevé que pour nos salariés en propre ».
Il ajoute : « La formation aux fondamentaux de la sécurité sur chantier – très pratique – dure deux jours. A l’issue de ces deux jours, le salarié passe un examen et, en cas de réussite, se voit décerner un Passeport sécurité interim (PASI). Bien sûr, cela n’exonère en rien les entreprises de leurs obligations réglementaires en matière de sécurité des intérimaires ».
La plateforme sert de lien en informant un futur employeur sur un intérimaire qu’il doit recruter. "Cette plateforme numérique permet d'avoir une traçabilité des formations passées par les intérimaires", explique Max Roche qui ajoute que "cela évitera ainsi à un intérimaire
de suivre la même formation plusieurs fois." Environ 10 000 salariés ont déjà pu s’inscrire sur cette plateforme.
Pour l’instant l’EGT.PTB planche sur la question de la durée de validité de cette formation car certains éléments essentiels peuvent, au fil du temps, être oubliés et un rappel ne serait sans doute pas vain.

Comment sensibiliser au mieux les employés face au risque dans l’entreprise ?

Un passeport de formation est un excellent atout, mais il n’exclue pas que certaines règles devront être rappelées par l’entreprise avant que l’intérimaire ne prenne son poste.
L’employeur peut prévoir une formation complémentaire au risque, surtout lorsque les intérimaires sont amenés à manipuler des substances dangereuses.
L’employeur pourra agir tout au long du processus de manipulation par quelques mesures obligatoires à mettre en place :

- Imposer le respect du port de vêtements et équipements de sécurité prévus : masques, lunettes de protection, combinaisons et chaussures adaptées selon le type de produits qui seront manipulés (produits à émanations toxiques (masques) ou au contact desquels la dangerosité est avérée (gants, lunettes de protection, vêtements adaptés) ;
- Affichage d’information et marquage des produits dangereux : l’étiquetage des produits dangereux est obligatoire et la communication sur les risques encourus par
l’utilisation des produits doit être rigoureuse. Certains produits sont inflammables et doivent aussi être stockés selon des normes strictes.
- Réagir vite en cas de contact avec des substances toxiques (faire respecter les mesures d’hygiène aux employés, prévoir des installations sanitaires pourvues de douches et lavabos et de placards permettant le stockage des vêtements de protection, assurer l’entretien et le bon état des équipements de protection des employés).

Par ailleurs, rappelons que l’entreprise est tenue de mettre à jour régulièrement son document unique d’évaluation des risques. Elle doit également veiller à l’information et à la formation aux risques de ses employés afin de leur faire connaitre les dangers de certains produits et de leur apprendre tous les moyens de se protéger au mieux notamment avec :
- Le port d’équipement adapté,
- Les gestes préventifs pour manipuler les produits,
- Le stockage des produits dans des entrepôts adaptés (avec une bonne ventilation),
- Les règles pour le transport des agents chimiques,
- Les règles pour l’élimination des déchets chimiques
- Etc.

Partager cet article :
   

Vous cherchez des chantiers ?

Notre service vous permet de recevoir des chantiers
près de chez vous, sans aucun engagement.
Trouvez des chantiers