Les EPI ne sont pas une option

Actualités travaux
Les EPI ne sont pas une option
Dans la filière BTP, les équipements de protection individuelle ou EPI sont incontournables. Il est nécessaire pour l’employé de respecter ses obligations dès lors qu’on lui demande de porter de tels équipements. Quant à l’employeur, il a obligation de veiller au respect des règles prévues par le législateur tant en ce qui concerne le respect du port de ces équipements qu’en ce qui concerne le maintien de ces EPI en bon état ou à leur remplacement. Petit rappel.

Dans la filière BTP, les équipements de protection individuelle ou EPI sont incontournables. Il est nécessaire pour l’employé de respecter ses obligations dès lors qu’on lui demande de porter de tels équipements. Quant à l’employeur, il a obligation de veiller au respect des règles prévues par  le législateur tant en ce qui concerne le respect du port de ces équipements qu’en ce qui concerne le maintien de ces EPI en bon état ou à leur remplacement. Petit rappel.


Les EPI : objectif sécurité
Bien nommés « équipements de protection individuelle », les EPI sont indispensables pour protéger les employés sur les chantiers de BTP. Il serait impensable de voir un ouvrier sans casque sur un chantier, sans chaussures de sécurité ou sans harnais sur un échafaudage.


D’autres équipements sont nécessaires en fonction de la tâche exercée. Par exemple, le port de vêtements spéciaux lors du maniement de produits dangereux ou le port obligatoire de gants.
Le non-respect de ces règles engage non seulement le salarié mais aussi la responsabilité de l’entreprise. La vigilance est donc de rigueur.
La filière BTP reste dans la ligne de mire de l’Assurance maladie. Et pour cause, en 2009, si le BTP employait à lui seul 9 % des salariés du territoire français, elle a recensé 18 % d’accidents avec arrêt de travail et 26 % de décès sur la même année dans ce secteur
spécifique. L’accident fatal est souvent dû à une chute (défaut de harnachement) ou un manquement au port d’autres EPI indispensables (exemple : le casque).
Pour ces raisons, Philippe Bourges, ingénieur conseil à la Cnamts (Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés) rappelle que « les équipements de protection collective restent le principe de base et la priorité de toute la politique de prévention au travail. Il en est ainsi depuis le décret " Mesures de protection générale " de 1913 jusqu'aux décrets de 1965, puis de 1993 et aux six articles du Code du travail qui sont aujourd'hui le cadre de référence réglementaire de la profession. »


Les EPI : la responsabilité de chacun
Le Code du Travail définit la responsabilité de chacun en matière de sécurité, tant du point de vue de l’employeur que du salarié. Le non-respect de ces règles pourra être sanctionné.
L’employeur doit notamment :
- Fournir ses salariés avec des EPI appropriés à leurs tâches ;
- Prévenir les salariés des risques encourus ;
- Former les salariés au bon maniement et à l’utilisation des EPI afin de mieux les informer.
- S’assurer du bon état des EPI, tant au moment de leur acquisition que sur la durée d’utilisation et procéder aux réparations ou au remplacement qui s’imposent.

Le salarié doit observer les règles strictes :
- Port des EPI obligatoires à sa fonction dans l’entreprise,
- Maintien en bon état de ces EPI ;
- Informer sa hiérarchie s’il constate qu’un équipement est endommagé et hors d’usage.


A noter : en matière de respect des règles, la France reste le mauvais élève face à ses voisins européens. Si le port du casque et des chaussures de sécurité semble une donnée acquise, il n’en va pas de même pour d’autres types de protections tout aussi essentielles (lunettes de protection, masques, gants ou protections auditives).


Quelles sont les sources d’informations pour les entreprises en matière d’EPI ?
Outre les textes du Code du Travail, il existe d’autres moyens de s’informer sur les règles de sécurité à observer sur les chantiers.
Voir la liste indicative ci-dessous :
- La Médecine du Travail ;
- L’OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) ;
- La Caisse Primaire d’Assurance Maladie,
- Les Caisses d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail (Carsat).


Pour aller plus loin, vous pouvez vous documenter par le biais de documentations relatives aux EPI et à leur usage, comme par exemple :
- « Protection de la personne », numéro spécial été 2010 de Prévention BTP, le magazine de l'OPPBTP
- Fiches EPI métiers de l'OPPBTP, réalisées par le SSTBTP (Service de santé au travail) de Franche- Comté, téléchargeables sur www.oppbtp.fr
- Brochures EPI de l'INRS, à télécharger sur www.inrs.fr/inrs , rubrique Se documenter/Brochures et dépliants/Démarches et instruments de prévention/Équipements de protection individuelle


EPI : privilégiez la qualité et veillez à la normalisation des équipements
Se protéger ne sert pas à grand-chose si l’équipement utilisé est de mauvaise qualité et ne répond pas à des tests de résistance rigoureux. Par exemple, un casque doit être suffisamment solide pour éviter le traumatisme crânien et répond à des normes très rigoureuses. Il dispose
aussi d’une date limite qui, une fois dépassée, nécessite de le remplacer. Choisissez des modèles normalisés NF EN 397 (pour les casques de protection), et NF EN 812 (pour des casquettes anti-heurts).
Le harnais, indispensable pour éviter les chutes en hauteur, doit être choisi avec soin et répondra lui aussi à une normalisation (NF EN 361) garante d’une bonne solidité et d’une excellente qualité.

Si vous devez utiliser des masques sur vos chantiers, vous verrez qu’il existe des masques à usage unique ou des masques réutilisables. Quel que soit votre choix, optez pour des masques normalisés pour une meilleure qualité et une bonne protection.
Les chaussures de sécurité sont indispensables sur tous les types de chantiers car le pied est souvent très exposé aux blessures diverses. Les modèles d’aujourd’hui sont étudiés pour prévenir l’écrasement ou la perforation. Ils ont en plus d’autres fonctions : protection contre les intempéries, étanchéité... Les chaussures de sécurité doivent être choisies avec une norme EN 20345 (directive 89/686/CEE).
Lunettes, protections auditives, gants... tous les EPI sont à choisir non par rapport à la compétitivité de leur prix, mais en fonction de leur fiabilité et de leur qualité. Il faudra donc veiller à opter exclusivement pour des articles normalisés car ils ont subis tous les tests de sécurité requis avant leur validation et mise sur le marché.
Enfin, n’oubliez pas d’assurer régulièrement le contrôle et l’entretien des EPI pour leur garder la fonction protectrice pour laquelle ils ont été choisis.

Partager cet article :
   

Vous cherchez des chantiers ?

Notre service vous permet de recevoir des chantiers
près de chez vous, sans aucun engagement.
Trouvez des chantiers